lundi 2 avril 2012

MESSAGE AUX PERSONNELS BIATOSS


MESSAGE AUX PERSONNELS BIATOSS

Le SNASUB-FSU comme toute la FSU de Lille 2 se réjouit des résultats obtenus par les listes AGIR à LILLE 2 lors des élections au 3 Conseils (CA, CEVU, CS).
Ces listes présentées par la FSU sont en tête dans tous les collèges BIATOSS à l'exception du collège E du Conseil Scientifique..
Ce succès est dû à notre engagement militant et à notre profil clair et offensif.
I. Nous portons principalement trois types de revendications :
  • résorption de la précarité : titularisation ou stabilisation des agents en CDD (application maximale de la loi du 12 mars 2012), garantie d'emploi de tous les contractuels et alignement de leur régime sur celui des titulaires ;
  • revalorisation générale des primes pour toutes les catégories. Nous réclamons qu'aucune prime ne soit inférieure à 400 euros par mois. Pour nous, les primes sont un élément du salaire, c'est pour cela que nous nous battrons pour le principe : « primes égales à grade égal ». La FSU au niveau national porte la revendication d'intégration des primes au traitement principal.
On nous a souvent répondu que nos propositions étaient irréalistes (et plus on monte dans la hiérarchie, plus ce sentiment est partagé).
Mais est-ce réaliste d'accepter des salaires de 1000 euros à 1400 euros net par mois ? De tels salaires sont ils décents ? A ces questions nous répondons clairement non. Un salaire décent ne peut être inférieur à 1700 euros net par mois pour un temps plein.
Alors oui, notre revendication d'une prime minimale de 400 euros par mois pour tous est juste !
Et d'autant plus que la situation financière de l'Université est saine : le résultat 2011 est bénéficiaire de plus de 4 millions d'euros. Et alors même que l'Université vient d'investir 650000 euros dans le capital de deux sociétés privées.
  • possibilité de moduler l'horaire de travail et notamment de travailler sur quatre jours et demi avec si nécessaire l'introduction d'outil de gestion du temps de travail (pointeuse ou badgeuse) en s'inspirant du système déjà mise en place à l'Université de Lille 3 (rapprochement des Universités lilloises oblige …) basé sur le principe du volontariat :
Nous demanderons l'inscription à l'ordre du jour du prochain Comité Technique de la question des horaires de travail.

II. Le résultat des élections, notamment aux Services Centraux, traduit également dautres inquiétudes légitimes.

En premier lieu, l'arrivée d'une nouvelle équipe présidentielle peut être l'occasion de réorganisation, de restructuration voire de suppression de certains services.
Le SNASUB-FSU rappelle solennellement que tout projet touchant l'organisation des services doit être soumis avant sa mise en œuvre au Comité Technique pour avis.

En deuxième lieu, quel sens donner à la suppression annoncée par le candidat Xavier Vandendriessche de vice-présidences thématiques et notamment celle des relations internationales ?
N’est-il pas, au contraire, légitime que l'Université de Lille 2 se batte pour améliorer son attractivité internationale ?
On nous explique qu'il ne faut pas multiplier les vice-présidents, mais on annonce cependant la création d’une nouvelle vice-présidence thématique dédiée à l'informatique.
CONTINUER A PROMOUVOIR DE NOUVELLES THEMATIQUES
Nous pensons à deux thématiques très importantes :
- la question de l'environnement : préserver notre environnement, favoriser l'usage des transport en commun, minimiser au maximum les risques dans l'usage de produits chimiques pour les personnels de laboratoire, les personnels techniques et les personnels d'entretien, améliorer les travaux sur nos bâtiments et les rendre compatibles avec les principes d'éco-conception sont-ils des objectifs prioritaire pour notre université ?
- la deuxième thématique s'impose réglementairement à notre Université : c'est l’amélioration des conditions de travail des personnels.
Les comités d'hygiène et de sécurité (CHS) deviennent des comités d'hygiène et de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).
Tous les personnels de l'Université doivent pouvoir travailler sereinement et dans les meilleures conditions de travail possibles, tout changement dans l'organisation des services doit être précédée d'un dialogue avec les organisations syndicales et les agents intéressés.
Le SNASUB-FSU se prononce pour une étude minutieuse de l'impact sur les conditions de travail du déploiement de logiciels de type industriel comme par exemple SAP-SIFAC, ce qui implique de prendre en compte le ressenti des collègues.

Pour le SNASUB-FSU

Alessandro Nieddu






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire